Lettre mensuelle | Juin 2022

LES ACTIONS GLOBALES ONT REBONDI DANS UN CONTEXTE DE SENTIMENT DE MARCHÉ TRÈS DÉPRIMÉ

$ 600 Mds LE NIVEAU ANTICIPÉ DES RACHATS D’ACTIONS AU 1ER SEMESTRE 2022

 

PERSPECTIVES D’INVESTISSEMENT

Le mois de mai a été un archétype de mois en deux parties pour la plupart des classes d’actifs. Les actions mondiales ont d’abord poursuivi leur tendance baissière du début d’année avant de connaître un rebond spectaculaire. Cela a permis aux principaux indices d’enregistrer des performances mensuelles étales, même si les indices « croissance » et de petites capitalisations n’ont pas été en mesure de rattraper toutes leurs pertes du début du mois. Les ren-dements des bons du Trésor US ont continué de grimper rapidement jusqu’au 6 mai, avant de redescendre d’un pic de 3,2% pour terminer le mois à 2,84%. Il aura fallu plus de temps pour que les spreads de crédit commencent à se contracter mais, là encore, le mouvement a été rapide, pour les obligations à haut rendement US en particulier. Le dollar américain a terminé le mois de mai sur une note beaucoup plus faible après avoir atteint un pic pluriannuel. La tendance qui a été persistante est l’appréciation des prix de la plupart des matières premières. Avec l’accord de l’UE sur de nouvelles sanctions contre la Russie sous la forme d’un embargo pétrolier partiel, les prix du pétrole ont grimpé de près de 10% en mai ; les faibles attentes concernant une nouvelle augmentation de la production de l’OPEP et l’anticipation d’une reprise de la demande en Chine ont également contribué à cette hausse.

Le niveau élevé d’incertitude sur de nombreux sujets continue de peser sur les marchés et sur leur sentiment. Cela a conduit certains indicateurs bien suivis, tels que l’indice Fear & Greed et l’indice AAII Bull/Bear, à toucher des niveaux extrêmement bas. D’un point de vue contrariant, de tels niveaux déprimés précèdent souvent un rebond des actions et cela s’est avéré être encore une fois le cas en mai. Compte tenu du pessimisme qui plane sur les marchés, le secteur des entreprises représente un point positif. Cela est reflété par les importants achats d’actions par les directions des sociétés, ainsi que par une augmentation des rachats de titres par rapport aux niveaux records observés les années précédentes. Le sentiment des entreprises américaines demeure optimiste en ce qui concerne la demande, même si les problèmes de chaîne d’approvisionnement et de prix restent les plus grandes préoccupations.

 

STRATÉGIE D’INVESTISSEMENT

Certains mouvements récents pourraient indiquer que les marchés ont déjà intégré bon nombre de nouvelles négatives et sont peut-être devenus trop pessimistes. Si l’on considère les baisses moyennes historiques des actions US, la dernière correction a dépassé la moyenne des baisses en l’absence de récession, selon la recherche quantitative de JPMorgan. Le repli actuel représente environ 75% de la baisse moyenne observée pendant des récessions et, si une récession était évitée, le positionnement actuel du marché pourrait bien s’avérer trop défensif. Cela se reflète dans la prime presque record des secteurs défensifs américains par rapport aux secteurs cycliques. Plutôt que d’adopter une position défensive aussi asymétrique, notre allocation en actions demeure bien diversifiée en termes de styles d’investissement, de régions, de secteurs et de capitalisations boursières.

Le mois dernier, nous avons assisté à une pause de la hausse des rendements obligataires américains ainsi qu’à un recul des attentes quant au taux directeur de la Fed à la fin 2022. Si ces attentes devaient se stabiliser autour des niveaux actuels, cela pourrait apporter un certain soutien aux marchés.

LES MARCHÉS RESTENT VOLATILS EN RAISON DES CRAINTES DE RÉCESSION ET D’UNE INFLATION PERSISTANTE

ACTIVITÉ DES PORTEFEUILLES / NOUVELLES

Le mois de mai a été négatif pour les portefeuilles. Malgré des performances mensuelles étales de nombreux indices, plusieurs de nos stratégies axées sur la croissance ont baissé. Les actions japonaises, le fonds multithématique, les petites capitalisations US et les actions des marchés frontières ont été parmi les principaux détracteurs. Les fonds « Value », les actions chinoises, la stratégie actions L/S ainsi que le fonds technologie ont amené des contributions positives. La plu-part des positions obligataires ont terminé avec des pertes limitées, les taux US ayant commencé à se stabiliser et les spreads de crédit s’étant contractés en fin du mois. Pour les portefeuilles non libellés en USD, l’exposition au dollar US a été un détracteur.

Nous avons récemment assisté à un événement au cours du-quel de nombreux gestionnaires de fonds ont présenté leurs stratégies. Alors que les gestionnaires d’actions avaient ten-dance à rester incertains quant à l’évolution des marchés d’actions, les gestionnaires d’obligations se sont montrés plus optimistes. Après un écartement considérable des spreads, le consensus était que le marché offre désormais de bonnes opportunités, compte tenu d’un portage beaucoup plus élevé et de fondamentaux solides. Ils ont également souligné le fait que les besoins de refinancement restent très faibles, la plu-part des entreprises ayant profité des taux bas record de ces dernières années pour renforcer leurs bilans.

Télécharger la lettre mensuelle