Lettre mensuelle | Mars 2021

LE SPREAD BTP-BUND À 10 ANS PASSE EN-DESSOUS DE 1%

1.50% LA HAUSSE SOUDAINE DES TAUX À 10 ANS DES BONS DU TRÉSOR

Perspective d’investissement

Les marchés d’actions ont bien performé en février, même s’ils ont terminé le mois sur une note plus faible en raison de l’impact négatif de la hausse rapide des rendements obligataires. Les actions européennes ont surperformé, en grande partie grâce à une puissante rotation des gagnants de l’année dernière vers le style « Value » et vers les valeurs cycliques. La hausse des taux longs s’est accélérée au cours du mois du fait d’une hausse des attentes d’inflation ; les taux américains augmentant plus rapidement, le dollar s’est apprécié. Dans ce contexte, les prix de l’or ont subi une pression baissière constante, et ont chuté de plus de 6 % au cours du mois. D’autres matières premières ont cependant continué à bénéficier des attentes d’une forte reprise économique et d’une solide demande liée aux projets d’infrastructure. Les prix du pétrole ont grimpé de près de 18 % tandis que ceux des métaux industriels tels que le cuivre, le zinc et l’aluminium se sont également fortement appréciés.

La rotation factorielle a été très prononcée en février. Les secteurs mal-aimés de l’an passé, en particulier la finance et l’énergie, ont été les gagnants jusqu’à présent en 2021, au détriment des valeurs de croissance et des actifs à longue duration. La hausse rapide des taux longs a eu un impact disproportionné sur les actions fortement valorisées, tandis que la pentification de la courbe des taux a contribué au rebond du secteur financier. Les petites capitalisations ont également surperformé les plus grandes, parfois de manière significative ; aux États-Unis, l’indice Russell 2000 Value était en hausse de 14,9 % à la fin du mois de février, contre un gain modeste de 1,5 % pour le S&P 500. Avec la forte hausse des prix des matières premières, ces tendances du marché sont conformes avec une anticipation d’un rebond économique cyclique.

La nomination de l’ancien président de la BCE, Mario Draghi, comme nouveau Premier ministre italien a été bien accueillie par les investisseurs, comme on pouvait s’y attendre. L’écart entre les rendements des BTP et des Bunds à 10 ans est tombé jusqu’à 0,9 %, comparé à un pic de 1,22 % en janvier. Cette investiture contribuera à réduire le niveau des risques au sein de la zone euro, compte tenu du poids important de la dette souveraine italienne.

Stratégie d’investissement

Nous ne pensons pas que la hausse des taux longs représente une menace majeure pour les actions à ce stade. Bien que la BCE et la Réserve fédérale n’aient pas rassuré pleinement les investisseurs quant à leur engagement à lutter contre cette hausse, leurs politiques resteront très accommodantes. Cette hausse des taux longs reflète un certain optimisme quant aux perspectives, en prévision de la réouverture des économies. Une stabilisation des taux soutiendrait les actifs risqués, ce qui reste notre scénario de base. Nous maintenons ainsi notre surpondération en actions et notre positionnement obligataire global avec un faible risque de duration. Notre exposition à la dette notée « Investment grade » est très sous-pondérée, et nous ne prévoyons pas de l’augmenter dans un futur proche, et nous continuons à privilégier les segments les plus dynamiques du marché.

La rotation en cours dans les marchés vers les valeurs dites cycliques devrait se prolonger dans le contexte de marché actuel. Même si le déploiement des vaccins en Europe déçoit, d’autres régions s’en sortent mieux et les marchés continuent de regarder au-delà des problèmes actuels. La force récente du dollar américain est également susceptible de s’estomper et notre positionnement pour les portefeuilles non libellés en dollars américains est toujours sous-pondéré.

UNE NOUVELLE HAUSSE DES RENDEMENTS POURRAIT MENACER LE RALLYE DES ACTIONS

Activité de portefeuilles/ Nouvelles

Le mois de février aura été positif pour les portefeuilles, prin-cipalement en raison de la performance des fonds en actions. Les meilleures contributions proviennent des fonds investis-sant dans les actions selon une approche « Value », à travers un nombre de régions, y compris les marchés frontières. Toutes les stratégies alternatives ont également contribué positivement à la performance. Les fonds d’actions de crois-sance, les actions chinoises et les fonds obligataires ayant une duration plus longue ont été les principaux détracteurs. Finalement, l’appréciation du dollar américain a soutenu la performance des portefeuilles libellés en EUR et en CHF.

La période récente a montré que les marchés étaient de plus en plus sujets à de brusques renversements de tendance. Il est illusoire de croire que l’on peut réagir en permanence à ces revirements en ajustant constamment le positionnement des portefeuilles. C’est pourquoi notre exposition aux actions demeure très diversifiée entre les régions, les capitalisations boursières et les styles d’investissement. À titre d’exemple, nous avons maintenu notre exposition aux fonds “Value” et aux marchés frontières l’année dernière, malgré leur sous-performance significative à l’époque. Au cours des derniers trimestres, les fonds “Value” ont très bien performé, tandis que notre fonds “Frontier markets” a connu un solide début d’année 2021. Cela est dû en grande partie à son exposition au Vietnam, qui est en hausse de plus de 31 % depuis le début de l’année au moment où nous écrivons ces lignes.

Télécharger la Lettre Mensuelle