Lettre mensuelle | Octobre 2020

LA FAIBLESSE DE L’ACTIVITÉ DES SERVICES FAIT CHUTER L’INDICE EUROZONE COMPOSITE PMI À 50.4 EN SEPTEMBRE

– 20% LA BAISSE DES ACTIONS D’APPLE AU DÉBUT DE SEPTEMBRE

Perspectives d’investissement

Pour la première fois depuis la liquidation observée en mars, les marchés boursiers mondiaux ont généré un rendement mensuel négatif, l’indice MSCI World en monnaies locales ayant chuté de 3 % en septembre. Les actions US ont sous-performé en raison de l’arrêt brutal du rallye mené par les méga-caps du secteur technologique qui s’est traduit par une baisse mensuelle de 5,2 % du Nasdaq Composite. La demande pour des valeurs refuges a profité aux obligations d’États ainsi qu’au dollar américain, tandis que les obligations à haut rendement ont subi l’impact négatif de l’élargissement des spreads de crédit. L’appréciation du dollar a contribué à prolonger les prises de bénéfices sur l’or, observées depuis le début du mois d’août, et a également pesé sur l’ensemble de la classe d’actifs des matières premières.

Les actions en retard depuis le début de l’année n’ont pas profité de la prise de bénéfices sur les grands gagnants de 2020 du fait qu’aucune véritable rotation factorielle n’ait été observée dans les marchés des actions. La hausse du nombre de nouveaux cas de Covid-19, en Europe notamment, a continué à peser sur les prix déjà déprimés des actions dans certains secteurs liés aux services. Les données PMI Services de la zone euro, plus faibles que prévu, ont confirmé que la reprise économique semble déjà s’essouffler alors que de nouvelles restrictions ont été introduites dans un certain nombre de pays européens. Aux États-Unis, l’absence d’un accord sur un nouveau plan de relance budgétaire a été un frein pour les marchés des actions, tout comme la montée des tensions politiques à l’approche des élections.

Le dernier trimestre de l’année pourrait s’avérer particulièrement mouvementé et la volatilité du marché devrait rester élevée. Les résultats des élections américaines et des négociations du Brexit ne sont que deux des sujets qui pourraient avoir un impact significatif sur les marchés des deux côtés de l’Atlantique. Un résultat contesté de l’élection présidentielle aux États-Unis serait le pire résultat et ne ferait qu’ajouter au niveau déjà élevé d’incertitude. Parmi les autres questions clés en cours figurent le calendrier d’une nouvelle relance budgétaire américaine ainsi que l’approbation d’un vaccin Covid-19 largement accepté.

 

Stratégie d’investissement

La baisse des marchés des actions observée en septembre ne semble pas avoir fondamentalement changé les perspectives des investisseurs sur les marchés. La classe d’actifs actions reste le choix évident compte tenu du soutien monétaire massif et des espoirs de relance budgétaire supplémentaire. Ces facteurs ne doivent toutefois pas occulter le fait que le niveau d’incertitude sur un certain nombre de sujets reste toujours très élevé. Cela explique en grande partie pourquoi nous continuons à détenir une certaine optionalité dans les portefeuilles afin de limiter les dommages potentiels d’un renversement de tendance plus prononcé. Les dernières don-nées économiques, en Europe en particulier, confirment que la reprise ne se fera pas de manière régulière et que les pré-visions sont susceptibles d’être révisées de manière significative. Bien que l’impact sur les marchés soit très limité à ce stade, cette situation pourrait changer si les perspectives économiques se détérioraient encore plus.

Notre exposition aux actions reste bien diversifiée. Nous préférons répartir le risque à travers plusieurs stratégies et plusieurs régions plutôt que de trop nous appuyer sur un style d’investissement particulier ou sur une seule région. Cette approche nous a bien servi le mois dernier car notre ex-position aux actions japonaises a amené une contribution positive significative alors que la plupart des autres positions en actions ont terminé le mois avec des rendements négatifs.

LES MARCHÉS RISQUENT D’ÊTRE VOLATILS AU COURS DES PROCHAINES SEMAINES

 

Activités des portefeuilles/ Nouvelles 

Septembre a été un mois légèrement négatif pour les porte-feuilles en raison de la faiblesse des marchés des actions. Un fonds “Value” européen a été le pire détracteur, suivi par les actions “Croissance” et les petites capitalisations américaines, ainsi que la dette des sociétés des marchés émergents. La stratégie de suivi de tendances a également fini en baisse, en grande partie en raison du rebond du dollar américain. Les meilleures contributions ont été générées par les actions japonaises, avec des très fortes surperformances enregistrées par deux fonds. Un fonds d’actions asiatiques a également apporté une contribution positive, tout comme le dollar américain pour les portefeuilles référencés dans d’autres devises. L’exposition aux obligations a produit des résultats mitigés, les titres à haut rendement et la dette des marchés émergents ayant sous-performé.

Au cours du mois dernier, nous avons décidé d’accroître notre exposition aux actions asiatiques en investissant dans un fonds axé sur la Chine. Cet achat a été financé en réduisant certaines positions obligataires dont le potentiel de hausse paraît limité. Le marché des actions chinoises s’est révélé résilient et généralement moins corrélé aux autres marchés d’actions. L’impact moindre de la pandémie du coronavirus sur l’économie chinoise par rapport au reste du monde a été l’un des moteurs de la surperformance des actions chinoises. Ce facteur, combiné à des valorisations raisonnables, devrait continuer à être un soutien.